Observatoire des musées
Musées à découvrir
Répertoire 
  des musées
Calendrier
  des activités
Circuits
  thématiques
Les collections
  s'animent!
Réserve
  virtuelle
Zone
  scolaire
 

Les collections muséales au Québec par Laurier Lacroix

Version PDF

 


Laurier Lacroix enseigne l'histoire de l'art et la muséologie à l'Université du Québec à Montréal. Sa recherche et son enseignement portent sur plusieurs aspects des collections (histoire, politique, développement). Il a publié, entre autres, sur le phénomène des acquisitions massives et sur les enjeux actuels concernant les collections.

Comment définir la collection ?

Collectionner implique une série d'actions. Ces gestes et ces décisions transforment l'objet en un bien symbolique. Regroupés, les objets de collection, qu'ils soient d'origine naturelle (écofacts) ou réalisés par les humains (artefacts), permettent d'élaborer les interprétations propres aux valeurs des personnes qui les possèdent et les fréquentent. L'objet-témoin, l'objet de collection, devient objet identitaire.

Rechercher. Trouver. Identifier. Choisir. Organiser. Rechercher. Cataloguer. Conserver. Présenter. La collection se définit selon une suite d'actions qui mènent son propriétaire à réunir un ensemble de pièces qui, une fois rassemblées, se structurent en savoirs, identités, discours et émotions.

Ce qui distingue un objet de collection, c'est qu'il a perdu la fonction d'usage qu'il avait à l'origine pour gagner une fonction symbolique. Personne ne dormira plus dans un lit de collection, le pichet ne contiendra plus de boisson et la fine chaussure ne foulera plus le sol. En Occident, depuis plus de deux siècles, les musées se sont multipliés et constituent des lieux privilégiés où les sociétés conservent et exposent les collections qui servent à nommer, à définir et à diffuser leurs valeurs et leurs connaissances. La collection est au cœur même du concept de musée et de son existence. Elle est une manifestation concrète de la mission du musée et de son unicité; elle permet de définir l'identité de l'institution. Qu'il s'agisse d'une collection municipale, régionale, nationale ou à caractère international, la collection désigne son propriétaire, la personne morale qui en a la responsabilité.

Les collections sont liées aux idéologies et aux représentations des individus qui les développent. On ne se surprendra donc pas qu'elles soient empreintes des différentes positions qui définissent la pensée et les actions humaines. Les lois du marché capitaliste, par exemple, ont dirigé vers certains musées mieux nantis les biens jugés les plus précieux, tout comme des préoccupations à caractère écologique ont modifié l'approche face au collectionnement au cours des 25 dernières années de façon à mieux respecter le milieu d'origine et à mieux l'intégrer au lieu d'accueil.

Écofact
Fuligule à tête rouge (Aythya americana), Musée de la nature
et des sciences, MSSHG-88-509-Hi.

Artefact
Coq-girouette, entre 1875 et 1925, cuivre peint, Musée d'art de Saint-Laurent, 1973.8.

Les objets collectionnés se divisent en deux grandes classes d'objets : les écofacts (les spécimens naturels) et les artefacts (les objets fabriqués par l'être humain). L'écofact est surtout recherché comme support de la recherche scientifique et en sa qualité d'indice de sa composition et de son contexte naturel d'origine; pour sa part, l'artefact, l'objet matériel, est collectionné parce qu'il est porteur de significations qui lui viennent de sa fabrication et de ses usages. Dans les deux cas, la valeur de l'objet de collection se manifeste au contact d'autres pièces, par le biais de la comparaison et de l'interprétation.

Toutes les collections publiques ne se constituent pas dans l'état de désir et de quête constants qui caractérise le collectionneur privé. Un collectionnement actif repose sur une cueillette passionnée. Devant parfois compter sur peu de ressources financières, il permet d'acquérir dans des champs de collectionnement bien ciblés des ensembles d'une grande cohérence. Les collections dont la fonction est directement liée à la recherche ou à l'éducation procèdent selon ce principe.

On peut distinguer ce mode d'appropriation des objets de ce que l'on pourrait appeler le collectionnement par accumulation, qui consiste à conserver et à regrouper les objets devenus désuets, ceux dont la valeur d'usage disparaît au profit d'une valeur symbolique. Les collections religieuses constituent un bon exemple de cette approche de la collection, alors que les objets usuels, parfois précieux, sont protégés de la destruction au fur et à mesure que les rites se modifient, que les modes changent ou que les objets s'abîment. D'une autre manière, il est dans la nature même des collections archéologiques de se former sans tri, la norme étant de conserver ce que les différentes couches de terrain permettent de découvrir.

Toutes les attitudes et les nuances existent entre ces deux pôles, et la collection est toujours la résultante des personnes qui la constituent. L'établissement d'une politique de collection permet aux responsables de musée de donner des balises au travail de prélèvement et de cueillette qui s'organise autour d'objectifs précis en fonction d'un programme de travail déterminé. Les critères de sélection, les champs culturels, les secteurs disciplinaires et les périodes historiques qui guident l'activité de collectionner des conservateurs sont définis en fonction de la collection déjà existante et des ressources humaines et matérielles dont dispose le musée.

Au Québec, les collections publiques sont relativement récentes, même si elles réunissent parfois des objets très anciens. Quelques musées (le Musée Redpath, le Musée des beaux-arts de Montréal) sont plus que centenaires, mais la majorité de ceux que l'on connaît aujourd'hui ont vu le jour au 20e siècle. C'est donc dire qu'ils sont porteurs des désirs, des aspirations et des savoirs d'une, deux ou trois générations tout au plus. Néanmoins, malgré cette courte période, les collections publiques se sont développées de façon à recouvrir plusieurs champs de connaissances et d'activités. Les objets de collection sont des références qui permettent d'apprécier des secteurs aussi divers que l'anthropologie et l'histoire, l'art et les sciences naturelles, par exemple. Les musées conservent la mémoire matérielle du Québec de même que les connaissances et les significations que ces objets-symboles permettent d'évoquer et de construire.

 

page suivante


Télé-Québec
www.musees.qc.ca © Société des musées québécois
Facebook Twitter
SMQ